Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Révoltère

Révoltère

Poésies francaises pleines des joies et des tristesses de la vie, voyages et actualités vues d’un cinquième œil.


La violence est-ce la solution ?

Publié par Révoltère sur 29 Février 2020, 17:51pm

Catégories : #Tendre insolence

La violence est-ce la solution ?

 

Perdu dans mes calculs de géomètre ambitieux

Je recommence une dernière fois le quotient de mon résultat.

Plus ça va et plus ça me gave, sérieux !

Mais le pire dans l’histoire, c’est ce prof à la noix

Qui m’lance des pics très méchants d’un regard arrogant

Alors ça me déconnecte et je rêve par moment

De me lever de ma chaise pour lui régler son compte,

Lui payer un tour du monde via Révoltère-Assistance

Mais je me retiens car j’entends (mon ange-gardien ?) de très loin

Une petite voix intérieure qui me dit de desserrer mes doigts.

La violence est-ce la solution ?

 

Je sonde mon potentiel mémoire :

Y a-t-il d’autres cas semblables ?

Peut-être trouverais-je dans l’histoire

Des références analogues d’agressions mentales.

Alors quoi, j’ai l’impression d’être l’Hitler

Nouvelle génération, le Napoléon façon jean et basket.

Je n’ai jamais eu de têtes nucléaires

Juste des trous du cul, des serre-pierre pour parquet

Et c’est fois il n’y a pas d’analogie

Ni de temps à perdre à chercher des rapports

Quand il n’y en existe nulle part sauf ici.

J’ai aucune référence et je veux la devenir après ma mort

Car ce que je ressens et ce que je vais faire est unique en son genre.

Malgré tout cela j’hésite encore :

La violence est-la solution ?

 

C’est à se décider si le verbe “ignorer”

N’a pas été supprimé. Ah cela aurait été trop simple

Et ce refus de regard je le considère comme une fuite

Face au combat qui me tend les armes de ces ciseaux, ce compas.

Oui j’irai affronter l’érudit, je partirai à sa poursuite

S’il entreprend le moindre mouvement d’esquive

Et jusqu’à ce qu’il tombe le souffle bas

Je pourrai être fier d’avoir vaincu l’ennemi.

Non, il n’y a aucune alternative

J’ai la haine dans le sang.

Je sais que je regretterai plus tard cette initiative

Mais j’ai le sang dans mes délires.

 

Monsieur le professeur je pourrais vous parler après les cours ?

La violence je sais qu’elle n’est qu’un puzzle de la solution.

 

                                                                                                    Révoltère

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents