Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Révoltère

Révoltère

Poésies francaises pleines des joies et des tristesses de la vie, voyages et actualités vues d’un cinquième œil.


Le casse-habitude

Publié par Révoltère sur 29 Février 2020, 18:24pm

Catégories : #Tendre insolence

Le casse-habitude

 

Reclus au fonds de sa boutique

L’artisan de mes désirs

Met au point un projet fantastique.

 

Enchaîné ainsi pour mon plaisir

Il confectionne habilement

L’instrument de mon avenir.

Il me lègue son coeur et son talent

Pour assouvir ma soif de nouveautés

Sa création me plaira, j’en suis sûr

Mais j’attends, et c’est très dur.

 

Telle une guillotine du passé

Viendrait vaincre l’enceinte qui me retient,

Le fabuleux fétiche qu’il va crée

S’imposera dans ma vie

Pour la bouleverser du petit à l’infini.

 

Je n’espère qu’une chose de lui

Et je trouve que c’est bien assez :

Qu’il gagne son pari insensé

D’être le guérisseur de mes tourments,

D’être le pisteur sur mon sentier de l’inconscient.

 

Emprisonné dans sa cellule

L’artisan de mes désirs

S’attache pour mes simples plaisirs

A inventer cet objet nommé : casse-habitude.

 

Chaque jour se répètent les mêmes gestes,

Chaque jour recommencent les mêmes manies,

Du soir au matin c’est le même refrain.

L’imposteur habitude se manifeste

Les choses sont toujours ainsi

Tout ceci m’énerve, je veux changer.

 

Une journée à peine terminée

Se répercute sans souci sur le lendemain

Qui sera de toute façon identique à son prochain

Les transitions nocturnes essaient de brouiller les pistes

Mais je vois bien qu’au fonds tout se ressemble.

 

Tous ces rituels connaissent la même fin

Quelque soit le jour, quelque soient les acteurs

Tous les manuels récitent les mêmes refrains

La monotonie a du quelque part semer ses couleurs

Les choses sont trop prévisibles,

Planifier son avenir en deviendrait presque facile

Car le cycle se renouvelle sans compromis

Et je ne vois aucune porte de sortie.

Je voudrais pourtant trouver le moyen

Je voudrais abolir la résurrection

De cette entité de conformisme quotidien.

Je sais qu’elle est loin la solution,

Que d’autres ont essayé avant moi

Mais après tout, je ne risque rien

Et si je réussi ce travail d’Hercule

Je pourrai être fier d’avoir trouvé le casse-habitude.

 

Casser les habitudes, mais pourquoi donc ?

Les plus naïfs me demanderont.

Je ne dirai que ne ni, c’est mon affaire

A quoi bon perdre son temps avec des moutons.

 

Mon message est clair, enfin je l’espère

Comme un lac de montagne,

Comme un ciel d’azur au lever du soleil,

Dixit Alex dans son univers ultra-violent

Et je crains que mort n’ai pas d’âge

Alors pour tout autre conseil

Il faudrait du temps à en perdre la tête

 

Chacun ses problèmes, chacun ses peines

Mon ennemi, c’est cet usurpateur

Qui construit ma vie à sa façon.

Tout est programmé dans son ordinateur,

Tout est préparé, il n’y a plus d’horizon.

 

C’est un problème universel, c’est vrai

Enfin du moins j’en ai l’impression.

Ce que je peux dire c’est qu’il est mauvais.

Cet enfant né de la société moderne,

Ce monstre cajolé par nos frais

Est en train de nous capturer dans son iceberg

De la démence et de la folie meurtrière.

Il nous irradie de ses influences néfastes

Et nous coule vers un gouffre sans lumière

 

Le petit naïf chute et se fracasse

Car il n’était pas assez fort pour résister

Mais moi, je voudrais tenté la traversée

Pour gagner cette terre dirigée de solitude

Peut-être que là-bas s’initie l’art du casse-habitude

 

 

Si je le pouvais, je vivrais au jour le jour

Car c’est le meilleur à mon goût.

Les sensations que procurent l’inconnu,

Les réflexions qu’engendrent l’imprévu

Existent toujours, enfin y’a plus de gourou.

 

Décider à la dernière minute

De ce que l’on va faire,

De l’endroit où l’on va aller,

De quoi manger, de quoi boire

Mais...le sort exécute

 

Le programme est inclus dans le concept

Et toute virée sur les routes interdites

Est un risque savoureux mais trop dangereux

Alors j’opte pour l’aventure inédite

Et j’espère avoir comme chef

Le facteur chance tout au long de mon existence

 

Le vingtième siècle n’a plus ses Robinson,

Ses Livinstone; ils sont mort, Chistophe Colomb

Les gens s’entassent dans des immeubles, dans des mégavilles

C’est l’exode de la vie tranquille, des maisons seules

Pour l’ennui et le gris de jours et de vies identiques

 

Je suis fou, croyez-vous ?

Chacun sa philosophie, chacun son parti.

Je bous de colère, de chagrin et de misère

Quant je vois combien tout est triste,

Et le fait de répéter à jamais les mêmes

De vivre comme un chronomètre,

De surveiller le réveil,

De manger à telle heure,

De faire ceci-ceça à une autre

M’exaspère tant tout est morose

 

Où sont les surprises ?

Ah oui une grève, une démission ou une guerre

Si cela est suffisant pour vous tenir en haleine

Elles sont belles les surprises de l’ère moderne.

 

En voyant la vie de cette façon là

Je peux encore beaucoup espérer

Si l’existence n’est pas programmée,

Je prendrai ce que le temps m’apportera

Peut-être alors trouverais-je le casse-habitude

 

Comprenne qui pourra

 

                                                                                                Révoltère

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents