Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • Révoltère
  • Jeune francais avec beaucoup d'idees et influence par Rimbaud, Voltaire et Paul Eluard.
vous pouvez me contacter a l'adresse : revoltere@yahoo.fr
  • Jeune francais avec beaucoup d'idees et influence par Rimbaud, Voltaire et Paul Eluard. vous pouvez me contacter a l'adresse : revoltere@yahoo.fr

Texte Libre

29 juin 2017 4 29 /06 /juin /2017 11:52

Nul n’arrête le temps

 

 

Le temps construit les souvenirs

Qui aujourd’hui s’ancrent dans l’histoire

Le temps défi les espoirs de l’avenir

Qui peu à peu avec délicatesse se laisse choir

 

 

Nul ne peut s’opposer au conquérant

De la raison, des sentiments et de l’éternité

Rien ne peut arrêter le maître du temps

Qui agrandit sa prestigieuse mémoire du passé

 

 

Sans aucune pitié, il engloutit

Les moindres signes d’une existence

Objets, personnes, mentalité, mode de vie

Tout succombe, ne reste que le silence

 

 

Tout est si rapide par moment

Lorsque le bonheur est celui de profiter de sa vie

Mais parfois l’ennui impose son présent

La souffrance est alors de survivre au ralenti

 

 

Si j’étais Dieu, le Tout Puissant

Je pourrais arrêter le temps

Tout serait mieux, certainement

Car quelque chose a dérèglé le fonctionnement

 

 

L’avenir est entre les mains tremblantes

Du Monsieur invisible que je prie les dimanches

C’est en lui qu’est placée toute ma confiance

Mais nul ne serait dire ce qui m’attend….

 

 

                                                                       Révoltère

Repost 0
Published by Révoltère - dans Tendre insolence
commenter cet article
29 juin 2017 4 29 /06 /juin /2017 11:46

Pensées

 

Les flots de mes pensées

Se déversent peu à peu

Dans les catacombes de ma mémoire

Les images du passé

Stagnent sous mes cieux

Dans le vide, dans le noir

 

Où est-ce la sagesse ?

Je cherche, teste, manifeste

Loin des idées toutes faites

Un jour je la trouverai peut-être

 

Après la débâcle de la réalité

La vie me paraissait, me laissait

Une dérive sur un océan absurde

J’ai perdu la boussole de mes idées,

Je l’ai abandonné. Très mauvais.

C’est dur mais oui le fléau continue et perdure

 

Je suis le chercheur d’une piste refusée

Je suis le navigateur d’une épopée oubliée

Je ne suis rien mais mon but, je le tiens

 

La modernité a bloqué les entrées

Et oui, la herse s’est abaissée

La raison s’y trouve emprisonnée

Dans cette forteresse imbécile et gradée

Où les hommes et leurs cités

Croient être l’absolu, la supériorité

 

Qu’est-ce donc l’égalité

Dans ce fief anarchique

Dans ce labyrinthe maléfique

Où la mort est vénérée ?

 

Tout est confus dans ma tête

Par rapport à de telles interrogations

Je crois comprendre pourtant je rêve

Je rêve, j’espère. Vision !

Vision d’une fin de siècle

En proie d’une contagion révolutionnaire

 

Je suis un chercheur noué dans ses pensées

Je suis le navigateur d’une époque à oublier

Mon but je le tiens mais, je ne suis rien.

 

                                                                                                                 Révoltère

Repost 0
Published by Révoltère - dans Tendre insolence
commenter cet article
12 mai 2007 6 12 /05 /mai /2007 08:49

Le temps de la décadence

 

 

Il est bien loin le temps

Où l’homme vivait sa passion

Où il était libre de tout

Pas de société, de drogue, d’alcool ni d’argent

Pas de parti politique, de religion

Rien pour l’astreindre à devenir fou.

 

Les manipulateurs de conscience,

Les fléaux démagogiques,

Les sécrétions néfastes de la science,

Les motrices sociologiques

N’existaient encore pas;

L’homme était bien heureux

Car il ne savait pas

Et il valait peut-être mieux

 

Maintenant il déplore sa douleur

Paradoxal, c’est lui qui l’a crée

Je sais que ce n’est pas dans les règles

Mais aujourd’hui l’homme a peur

il a peur de lui, de sa communauté

Il a peur de ses inventions, voici le malaise

Nous vivons dans un monde absurde

Où il faut se battre pour exister.

 

Tout n’est qu’illogisme et injustice

Tout est à l’envers, j’en suis sûr

Dans cette patrie qui dérive.

Pourquoi cette haine ? Cette violence ?

L’homme est en déclin je présume

Car voici venu le temps de la décadence

 

Il a tué, volé, affamé

Il a violé, exécuté, massacré

Il a brûlé, pillé, ravagé

L’homme a tout construit

L’homme a tout détruit;

Il voulait rendre tout parfait,

Tout rendre plus simple, plus facile.

 

A chaque maladie son remède

A chaque problème sa solution

Toujours plus loin était l’impossible

Pas de limites dans ses inventions

Toujours plus puissant, il se croyait un génie

 

Pourtant il avait oublié le plus important :

La valeur de la vie

 

Le monde ne lui plaisait plus

Alors il l’a modifié

Sa terre ne lui convenait plus

Alors il l’a saccagée

Son environnement était trop sauvage

Il l’a donc modernisé

Les rivières seront déviées, les arbres abattus

Rien ne pourra échapper au carnage :

L’homme est trop bête pour apprécier.

 

Il construisit ses grandes villes,

Son bitume, ses buildings, ses TGV

Rien n’aura plus la moindre importance

Le principal : l’argent, le pouvoir et la fierté

C’est triste mais son existence part en décadence

 

Où sont nos valeurs passées ?

Où sont nos qualités oubliées ?

Pourquoi tout s’enfonce ?

Rien ne va plus, on plonge

Pourquoi ces guerres ?

Pourquoi ces misères ?

 

Je n’y comprends rien

Tout ceci m’échappe, me surpasse

Pourquoi ce déclin ?

Aurions-nous été trop loin ?

Tout ceci me dépasse, vers le doute je dérape

Qui pourrait m’expliquer ?

Qui en aurait la possibilité ?

Personne car personne ne le sait

 

Je voudrais le pouvoir pour tout inverser

Rendre la paix, l’égalité et la liberté

Je voudrais refaire l’histoire

Changer l’humanité, tenter de la raisonner

Mais de toute façon c’est dans ses gênes

L’homme est un animal qui n’a de prédateur

Que lui-même; autre pays, autre religion, autre couleur

 

Quand il n’y aura plus d’homme

Il n’y aura plus de guerre

 

Mais il ne restera plus rien

 

Révoltère

Repost 0
Published by Revoltere - dans Tendre insolence
commenter cet article